Comment faire face aux problèmes d’incontinence ?

 

Beaucoup pensent que l’incontinence est liée à la vieillesse car sa fréquence augmente avec l’âge. En effet, les statistiques affirment qu’un tiers des Françaises de plus de 70 ans et la moitié des Français âgés de plus de 65 ans sont atteints d’incontinence. Actuellement, le troisième âge a encore une belle vie sociale devant lui et les fuites urinaires sont de vrai handicap dans la vie de tous les jours. Mais quelles en sont les causes et les facteurs aggravants? Quelles sont les solutions ? Et comment la retarder autant que possible ?

Qui est ce qui provoque l’incontinence ?

L’incontinence est le terme élaboré pour désigner une fuite d’urine involontaire. Depuis, la science a classé ces fuites urinaires selon leur origine. L’incontinence à l’effort, quand les fuites font suite à un effort. Généralement, elle est due à un relâchement des muscles du périnée. L’incontinence par urgenterie, quant à elle se produit quand le vessie est malade alors ses muscles se contractent involontairement. Et enfin, l’incontinence mixte qui associe les deux formes. Elle est plus fréquente chez la femme âgée.

  • Souvent après un accouchement difficile, une intervention chirurgicale de l’abdomen ou de la prostate, l’incontinence à l’effort fait son apparition.
  • Par contre, l’incontinence par urgenterie est souvent provoquée par une cystite aigüe, une poly néphrite ou un rétrécissement de l’urètre ou encore à cause d’une augmentation de volume de la prostate. De plus, la paraplégie, la maladie de Parkinson ou de l’Alzheimer peuvent également être l’origine de ce type d’incontinence.

Les facteurs déclencheurs des fuites urinaires

Ce sont principalement ceux qui agissent directement ou indirectement (comme les troubles de l’équilibre du taux d’œstrogène lors de la pré ménopause) sur le périnée ou sur la vessie.

Souvent la femme enceinte vit ou connaît des périodes d’incontinence au début et vers la fin de sa grossesse quand le bébé pèse sur sa vessie au troisième trimestre de sa grossesse, par exemple. Heureusement, le problème disparaît généralement après l’enfantement.

Le surpoids et l’obésité, la constipation et les toux chroniques, le fou rire sont aussi des éléments déclencheurs de fuites urinaires.

A Lire :  Comment Rencontrer son âme sœur pendant les vacances ?

Le sport, comme le marathon ou l’haltérophilie,  qui a de l’impact sur le périnée provoque aussi de l’incontinence à la longue.

Le cancer de la prostate ou de la vessie ; prendre du diurétique, trop de liquide risquent également d’entrainer des fuites urinaires.

Les solutions possibles

Actuellement, il est possible de vivre sereinement son incontinence grâce aux recherches paramédicales sur l’amélioration des protections contre les fuites urinaires. Certes, elles ne sont pas un traitement mais elles vous permettent d’avoir un bien être, de vivre presque normalement. Plusieurs modèles et types sont sur le marché. Ces protections sont sous forme de serviette avec des dispositifs spécifiques pour éviter l’écoulement de l’urine le long des cuisses. Vous avez aussi des protège-slips pour les fuites infimes, des culottes spéciales incontinence ou des couches pour adultes.

Des médicaments, de la chirurgie peuvent venir à bout de l’incontinence si vous vous prenez en charge assez tôt. Une visite chez un urologue s’impose si vous optez pour ces solutions.

Etant donné que l’une des causes des fuites urinaires est le relâchement des muscles du périnée et du sphincter, le patient peut avoir recours à des séances de kiné pour que ces muscles retrouvent leur tonicité. Un kinésithérapeute et/ou une sage-femme ( après accouchement) vous initieront sur les exercices spécifiques à privilégier. Vous devez par la suite les continuer chez vous. Certaines séances de rééducation servent à maitriser et à redynamiser la vessie pour qu’elle apprenne à refréner l’envi d’uriner trop souvent.

Comment retarder les fuites urinaires ?

Contrôler votre périnée en le musclant et en l’entretenant par des exercices appropriés.

Opter pour une nourriture saine et équilibrée avec beaucoup de fruits, des légumes et des légumineuses pour enrayer le surpoids et la constipation.

Boire assez d’eau car la déshydratation peut provoquer des infections urinaires.

Diminuer votre prise de tabac et/ou d’alcool parce que les fumeurs et les grands buveurs courent plus de risque d’avoir un cancer de la vessie.

Soigner votre toux chronique et diminuer le thé et le café qui agressent la vessie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *